Des nouvelles du domaine


Millésime 2020

2020 est un millésime marqué par une précocité et un ensoleillement exceptionnels, menant à de petits rendements et une très…

Lire la suite

Millésime 2019

2019 est un millésime marqué par un printemps frais puis un été chaud et sec, la vendange se trouvant donc…

Lire la suite

Millésime 2018

2018 est un millésime précoce marqué par un printemps et un été très chauds et secs, ayant entrainé une maturité…

Lire la suite

Millésime 2017

Un millésime marqué par un retour précoce de la chaleur au printemps, suivi d’un été chaud et ensoleillé, qui se…

Lire la suite

Millésime 2016

2016, un millésime qui commence dans la douleur avec une gelée de printemps le 27 avril au matin, qui détruit…

Lire la suite

Millésime 2015

2015 est le résultat d’une saison végétative particulièrement favorable à l’élaboration de grands vins rouges en Bourgogne. L’ensoleillement a été…

Lire la suite

Millésime 2014

Le printemps a été particulièrement sec et chaud, avec un départ de la végétation très précoce, dès la fin du…

Lire la suite

Millésime 2013

2013 est à nouveau un millésime qui aura mis à rude épreuve les nerfs des vignerons bourguignons. Nous avons dû…

Lire la suite

Les travaux du nouveau bâtiment ont débuté en ce début d’année 2022. Ils se poursuivront durant plusieurs mois. Ce nouveau bâtiment accueillera plusieurs postes de la production, tels que l’étiquetage et le stockage des bouteilles.

Retour en images sur les vendanges 2021

De nouveaux commentaires ont été publiés sur le Vosne Romanée 1er Cru Clos des Réas Monopole 2018 et le Bourgogne Hautes-Côtes de Nuits Au Vallon 2019. A retrouver dans notre revue de presse


L’élevage des vins rouges 2019 est à présent terminé. C’est l’heure du soutirage, qui permet d’assembler l’ensemble des fûts d’une même cuvée en cuve inox. Les vins passeront les prochaines semaines dans ces cuves à finir de s’éclaircir avant leur mise en bouteilles au mois d’août prochain.

Alain Echalier – Hiver 2020

Pierre, 7e génération, 30 ans, est désormais à la tête de l’entreprise familiale. Situé à Vosne Romanée, le domaine s’étend sur 23 hectares, entièrement sur la Côte de Nuits. L’un des vignobles phares du domaine est le Clos des Réas, un Vosne Romanée Premier Cru qui, en effet, est entouré d’un mur. La parcelle de 2,12 hectares est dans la famille depuis 1860 et est un monopole, ce qui signifie que tout le climat appartient au domaine. Le vin qui en résulte montre l’élégance de la dentelle, contrairement au caractère mûr et riche des vins d’Aux Brûlées, un autre Vosne Premier Cru également produit par la famille.

«Dans le vignoble, le travail est identique, quelle que soit la localisation des vignes, en haut ou en bas de coteau», explique Pierre. En Bourgogne, les appellations village proviennent du vignoble situé sur la partie basse du coteau, alors que les Premiers Crus sont généralement à mi-pente. «Mais plus on monte, plus les rendements sont faibles», poursuit-il. Les sols en pente ont un meilleur drainage et les vignobles ont également une meilleure exposition au soleil pour que les fruits mûrissent plus vite. En général, les vendanges commencent avec les Grands Crus, puis les Premiers Crus, puis les villages.

Il n’y a pas non plus de traitement préférentiel dans la cave – le fruit est égrappé et pendant la fermentation le vin est soit remonté soit pigé. A l’inverse, la moitié des Premiers Crus sont élevés en barriques neuves, alors que la proportion est de 25 à 30% pour les villages, et les fûts neufs sont interdits pour les appellations régionales Si le domaine a pu s’agrandir, la poursuite de son expansion est devenue un défi. L’abandon des chevaux, qui ont été remplacés par des tracteurs, aurait pu élargir la zone géographique d’exploitation. Mais le problème est maintenant le prix. «Un vignoble d’appellation village acheté pour environ 2 millions d’euros l’hectare a encore du sens», explique Pierre. « Mais les Premiers Crus, évalués entre 12 et 30 millions d’euros, ne peuvent plus assurer un retour sur investissement dans la vie d’une personne. »


L’année 2019 marque le 160ème millésime du Clos des Réas depuis l’achat par la famille GROS le 29 avril 1860 lors d’une vente aux enchères. Le Clos des Réas devient alors le fleuron du domaine GROS, et obtient plusieurs récompenses, dont la médaille d’or de l’exposition universelle de 1867 qui sera fièrement ajoutée à l’étiquette.
C’est cette étiquette qui avait fait l’objet d’une réédition pour le millésime 2009 et que nous allons à nouveau utiliser pour l’habillage du millésime 2019.


L’année 2019 marque également l’arrivée d’une nouvelle appellation dans notre gamme, le Gevrey-Chambertin « La Platière ».
Cette parcelle est âgée de 45 ans et se situe sur un sous-sol d’alluvions issus de la combe de Lavaux, typique de l’appellation Gevrey-Chambertin. Nous avons travaillé cette parcelle, ses raisins et son vin de la même manière que nos autres appellations, vous y retrouverez donc la marque du domaine, avec une typicité propre au finage de Gevrey.


Exceptionnellement précoces, les vendanges 2020 ont débuté le 28 août. Un état sanitaire parfait, un bel équilibre, mais un volume plutôt faible du fait du manque de précipitations estivales. Les vins sont aujourd’hui en fûts, pour une durée d’élevage d’environ 18 mois.

Durant l’été 2020, le nouveau foudre de 29 hl a pris sa place dans la cave

Démontage par la tonnellerie Rousseau d’un de nos plus vieux foudres, d’une contenance de 12 pièces (soit 27hL). Celui-ci avait plusieurs fuites non réparables et nous avons fait le choix de le faire remplacer par un foudre neuf au printemps 2020.